Diaspora Plurielle pour une nouvelle génération de députés

Dans le cadre d’une démarche nouvelle en tant que mouvement citoyen, Diaspora Plurielle s’est positionnée relativement tôt comme acteur novateur dans le jeu politique, en mettant en place une stratégie qui lui permet, en participant d’une manière ou d’une autre aux élections législatives du 30 juillet 2017, d’aller au bout de son ambition de gagner des sièges de députés à l’assemblée nationale.

Force est de constater qu’aucun mouvement ou parti politique ne peut aller toute seule aux élections d’ans l’espoir de gagner. Diaspora Plurielle, comme toutes les organisations qui comptent compétir, discute et négocie actuellement toutes les stratégies d’alliance qui s’offrent à elle, capables non seulement d’envoyer à l’assemblée nationale une majorité la plus large possible, mais surtout de compter, parmi les députés élus, les candidats qu’elle va présenter.

Aujourd’hui, les partis politiques et les coalitions qui souhaitent entrer en compétition ont un peu plus d’un mois pour confectionner et déposer leurs listes, puisque la date limite est fixée au 30 mai 2017. Pour Diaspora Plurielle, les jours sont comptés non seulement pour composer la coalition, mais pour investir les candidats qui défendront les idées et la vision de du mouvement.

La situation qui prévaut dans notre pays à jeté une lumière crue sur la faillite des politiciens professionnels et de leur façon de faire la politique, notamment une bonne partie de ceux présents aujourd’hui à l’assemblée nationale. Leur seule préoccupation est de garder leur poste, ce qui va à l’encontre du renouvellement de la classe politique.

Il y a comme un déséquilibre démocratique qui conduit à des situations d’abus de pouvoirs, de tyrannie, de corruption et à une appropriation de la légitimité du peuple. Une hyper-présidentialisation sans limite. Un Président qui a tous les pouvoirs, y compris le droit de vie et de mort sur les citoyens que nous sommes, le droit de décider qui mérite rester fonctionnaire, et qui interrompt les missions avant leur terme si cela ne va pas tout à fait dans le sens voulu ou souhaité.

Quand le politique échoue, le citoyen doit reprendre la main pour impulser les changements souhaités. A cet égard la société civile doit prendre une place de plus en plus importante, avec des exigences de solidarité, de démocratie participative, de sens de l’intérêt général, et ceci dans n’importe lequel des pays où elle est établie pour enfin placer les citoyens au cœur du débat et de l’action politique. En France, Diaspora Plurielle occupe cette place.

Si les citoyens ne participent pas ou peu aux affaires publiques, ce n’est pas parce qu’ils s’en désintéressent, mais parce qu’ils n’ont pas, dans les espaces qu’on leur propose, de réel pouvoir sur les questions qui les concernent. On leur dénie la capacité d’agir et de participer à la décision pour le bien commun.

Diaspora Plurielle a suffisamment montré sont engagement dans le processus électoral en mettant tous les moyens d’information, de communication, de contrôle et d’alerte et de dénonciation pour que chaque sénégalais puisse disposer de sa carte nationale d’identité et puisse être inscrit sur les listes électorales. Diaspora Plurielle va prochainement engager une campagne citoyenne pour inciter à chaque Sénégalais dans la Diaspora de s’exprimer en allant voter, mais surtout en votant pour les listes pour lesquelles le mouvement s’est engagé.

Les politiques publiques mises en œuvre par les tous gouvernements sénégalais à l’endroit de la diaspora ont souvent fait fausse route sur des points essentiels. Elles laissent en friche les capacités d’expression, d’initiatives et d’action des citoyens établis à l’extérieur et de leurs organisations et associations. Elles les considèrent comme des problèmes, rarement comme des ressources, et se privent de leur créativité et de leur capacité d’action. Elles se privent systématiquement de la pluralité de savoirs propres à la diaspora, elles ne favorisent pas la rencontre, le dialogue, et la recherche du bien commun.

Pour tout cela, les députés de Diaspora Plurielle seront d’abord des député du peuple sénégalais avec l’ambition d’incarner une nouvelle génération de députés, citoyen modèle et suffisamment engagé pour parer la carence de l’actuelle assemblée nationale dans l’exécution de ses missions de proposition de lois, d’approbation du budget national et de contrôle de l’action du gouvernement. Ensuite, ils se feront l’écho auprès de l’assemblée national, du gouvernement, des instances de l’exécutif national ou des administrations centrales, des préoccupations spécifiques des sénégalais de l’extérieur, en tenant compte de la particularité et de la diversité de la circonscription Europe de l’Ouest, du Centre et du Nord regroupant des citoyens sénégalais installés l’Allemagne, l’Angleterre, la Belgique, la France, le Luxembourg, la Suisse et les Pays-Bas.

Nos votes en faveur de Diaspora Plurielle, mais aussi ceux de nos enfants, parents, frères, soeurs, amis feront le succès et emmèneront le changement au Sénégal au sein de l’hémicicle. Aussi n’hésitez pas à vous engager dans la campagne, rejoindre le mouvement pour faire autrement la politique.

Abdou SONKO
Secrétaire Général de Diaspora Plurielle

Partager sans modération
  •  
  •  
  •  
  •  
  •