Le Sénégal se dote d’une politique nationale des migrations

Le Ministère de l’Economie, l’Assemblée nationale, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et plusieurs autres partenaires au développement se sont réunis le mercredi 27 mars 2018 lors d’un atelier pour valider un document portant sur la Politique nationale de migration du Sénégal (PNMS).

L’ambition affichée par les acteurs pour un tel document est de pouvoir donner des réponses à toutes les dimensions de la migration portant sur les risques encourus par les travailleurs immigrés au Sénégal, sur la sécurisation des passages frontaliers, sur les questions de sécurité sociale et de santé des populations mobiles, sur les déplacements liés aux changements climatiques. Il s’agit des travailler sur toutes les questions liées aux données permettant de mieux connaitre la Diaspora.

Dans le cadre du dispositif Frontex de la prise en compte de la dimension «  migration» du programme d’appui budgétaire 2018-2023, le Sénégal a bénéficié du soutien à la stratégie nationale de gestion intégrée des frontières de l’Union Européenne. Des mesures ont été prises à l’échelle internationale et sous-régionale, notamment dans le cadre du Pacte  mondiale pour des migrations sûres, ordonnées  et régulières.

Le Sénégal s’est dont doté d’une politique nationale de migration qui se veut un cadre référentiel de toutes les interventions en matière de migration. Toutes les questions de migrations interne et internationale seront abordées ainsi que leur interaction avec le développement, a expliqué M. Pierre NDIAYE, Directeur général de la planification et des politiques économiques.

En partenariat avec l’OIM, le PNUD et l’Italie, des projets vont être initiés par le Sénégal permettant aux expatriés sénégalais de mette à la disposition du pays leur savoir-faire et d’y investir en perspective d’un retour définitif.

Le processus de Rabat exige de plus en plus de chaque Etat de proposer une vision claire des enjeux et solutions migratoires, a également fait valoir Sophie NONNENMANCHER, chef de mission par intérim de l’Organisation internationale pour les migrations au Sénégal.

Le Processus de Rabat est une plateforme pour la coopération politique entre les pays concernés par les routes migratoires qui relient l’Afrique Centrale, de l’Ouest et du Nord à l’Europe. Depuis 2006, il promeut le développement de politiques migratoires, et plus particulièrement les synergies entre migration et développement. Egalement connu sous le nom de Dialogue Euro-Africain sur la Migration et le Développement, le Processus de Rabat réunit près de soixante pays partenaires européens et africains d’Afrique Centrale, de l’Ouest et du Nord, ainsi que la Commission européenne (CE) et la Commission de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), pour discuter, dans un esprit de partenariat, des questions liées à la migration et à la mobilité.

Abdou SONKO

Partager sans modération
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
    9
    Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.